Bangkok

15/1

Kuta

La traversée de Lembongan à Sanur était un peu mouvementée : vent et grosses vagues. On est tout de même arrivé à bon port.

Je me trouve un taxi sympathique qui me conduit à l’hôtel préconisé par mon ami Teoh, un peu à la lisière de Kuta, côté Legian. Ambiance un peu glauque avec des jeunes sans le sou et des « jeunes » défraîchis de >60 ans. Ce n’est pas évident de rester jeune en age avancé…

L’hôtel est conforme à cette impression. Mais pour une nuit, et à ce prix, à quoi bon chercher mieux ?

Je garde mon Taxi, gentil et à un prix raisonnable, pour le soir et le matin suivant pour aller à l’aéroport.

Mon dernier soir sur Bali, je fais des folies et vais manger du bon poisson à Jimbaran. Dans cet hameau abondent les paillotes à poisson et fruits de mer. Le Poisson était excellent, un « red snapper » (vivaneau), ainsi qu’en petit « plus », le poulpe grillé : délicieux.

16/1

Le matin, aéroport et vol pour Bangkok.

Surprise à l’arrivée. Il y a une queue monstre devant les comptoirs de l’immigration : 1h1/2 d’attente. Ouf, c’est fait. Je me félicite d’avoir réservé ma chambre au Riverview Guest House, comme ça je n’ai pas à m’inquiéter de mon arrivée tardive dans ma chère Chinatown..

17/1

Je dois me procurer mon visa Birman le plus vite possible. Ainsi je prévois la démarche auprès des services consulaires de l’Union du Myanmar pour 9h, l’ouverture des bureaux. Hélas, plein de touristes ont eus la même idée et je fais la queue dans la rue et à l’intérieur un bon bout de temps. Enfin je peux donner ma demande avec 2 photos d’identité, passeport et photocopie de ce dernier en échange d’un numéro d’appel qui met encore 1h pour être appelé…

Bonne nouvelle : je peux récupérer mes papiers dans l’après-midi moyennant un supplément de prix. En tout, le visa dans la journée me coûte 1200 THB (env. 30€). C’est moins cher et plus vite que de passer par une agence au prix d’une attente assez longue en compagnie d’autres condamnés…

Heureusement, les températures à Bangkok sont très agréables pour la saison et moi, qui vient de l’équateur en saison chaude et humide, je suis en pleine forme.

En début d’après-midi, je fais un tour dans le quartier Siam Square pour prendre rendez-vous en vue d’un « check up » de mon implant. Celui-ci va très bien, mais d’après la radio, j’ai deux petits foyers d’infection sous des dents dévitalisées en plus d’une couronne abîmée. Il faut un traitement des racines. On convient donc d’un rendez-vous pour février à mon retour du Myanmar. En attendant je dois encore subir le supplice d’un détartrage soigneux – je déteste !!!

Cela ne m’empêche pas d’aller manger due poisson chat grillé, riz gluant et salade de papaye verte chez une très vivace « fille d’Isan » sur la petite place devant l’église du Saint Rosaire près de mon hôtel.

18/1

Aujourd’hui, j’ai rendez-vous avec Bastien le Québécois devant la forteresse Sulen à Banglamphu. On a prévu de prendre le petit déjeuner ensemble chez un « expat » autrichien qui fait son pain « biologique » lui-même. Fermé pour redécoration – Bangkok est en train de faire peau neuve et investit sérieusement : ouverture de la liaison par train aéroport-Bangkok par exemple.

Ce matin, il fait un temps absolument splendide et nous nous promenons dans un quartier en marge de l’odieuse « thanon Khao San ». Bastien espère trouver l’hôtel idéal, le sien lui semble un peu cher pour un séjour prolongé. Ici se construit la « nouvelle garde » de l’hôtellerie : derniers conforts en plus, prix moyens (voire bas) mais sans le « toucher » Bangkok, toutefois.

Ensuite, on prend le bateau exprès vers mon coin de la ville en bas du quartier chinois. Bastien apprécie la belle vue de la terrasse du 8ième étage de mon hôtel mais semble préférer l’ambiance de Banglamphu. Après un repas au « Golden Duck », du canard goûteux sur du riz, je l’accompagne au bateau et on se dit au-revoir-et-à-la-prochaine.

19/1

Mon vol pour Yangon (Rangoon pour les ancêtres) est à 16h30. J’ai tout mon temps pour préparer mes bagages, régler ma note et prendre le chemin de la gare Hualamphong d’où part le bus de l’airport express.

Vol sans histoire dans un A320/200 d’Air Asia et arrivée dans l’aéroport tout neuf de Yangon. On a gagné une demi-heure de jour de plus. Mon hôtel, le Beautyland II, m’a gentiment envoyé un « pick-up ». Et voilà, la journée est finie.

A propos peomeyer

en retraite, voyageur invétéré, intérêt spécial: Asie du sud-est
Cet article a été publié dans Thailand. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s