Retour en Thailande

6/3

Re-Bangkok

Mon nouveau visa dans la poche, je prends le vol de l’après-midi d’Air Laos pour Bangkok. Un vol sans problème sur un turboprop ATR tout neuf.

Le guesthouse, sélectionné sur internet, ne correspond pas vraiment, mais pas du tout, à la déscription très allèchante. Il est bien à proximité de la gare Hualamphong, mais point de salle de bain ni air conditionné comme promis par le propriétaire dans son courriel. En plus, malgré l’annonce du Wi-Fi gratuit, il ne l’est pas et je trouve le prix de 100 Baht un peu élevé considérant que dans la journée, on ne l’utilise pendant 2h tout au plus. Fait aggravant : fonctionnement assez aléatoire avec des coupures fréquentes. Le « Your Place Guesthouse » est une mauvaise adresse…

Je ne resterai que les deux nuits déjà payées et vais déménager au « Siam Classic » dans la même soi. Il est très propre, il a internet et, chose importante, l’accueil est très chaleureux.

7/3

Visite chez le dentiste avec préparation de la racine et pose d’une couronne temporaire. Je le verrai dans une semaine pour la couronne définitive.

8/3

J’ai rendez-vous avec Lay et Michel à l’ambassade de France où il fait faire un nouveau passeport. L’ambassade, à côté du vénérable Hôtel Oriental (à 800 $ la nuit, et encore ce n’est rien, le « Peninsula » est à 2000$) n’est pas très loin de Hualamphong et c’est plus pratique de les rencontrer là et récupérer en même temps mon guide de la Thailande qui était resté sur mon lit à Lankrabu (note : en voyage, ne jamais mettre des choses sur un lit, c’est trop facilement caché par les draps…).

Mais on n’a pas beaucoup de temps puisqu’ils doivent reprendre le bus au terminal Mochit qui est à l’autre bout de la ville. On se sépare donc en bas de Chinatown et je vais vérifier un hôtel dans les parages qui n’a pas l’air mal, le « New Road G.H. ». Effectivement, il n’est pas mal, un peu cher et surtout, mal placé du point de vue moyens de transport : il faut pratiquement un Tuk-tuk ou un taxi pour se rendre dans un autre secteur de la ville. Je préfère le quartier de la gare Hualamphong qui par ailleurs est un batiment splendide de la belle époque :

Hualamphong

Pourvu qu’elle ne tombe pas victime du modernisme d’aujourd’hui! Les autres gares de Bangkok ne sont actuellement que des improvisations entourées de chantiers.

J’arrive à avoir Maren, encore sur Koh Kood, au téléphone et on se donne rendez-vous près du « victory monument » dès son retour à Bangkok. Il est vrai que les autres fois que l’on devait se voir, ça n’a pas bien fonctionné.

Elle habite dans un hôtel, pas trop mal placé entre les deux aéroports en relative proximité du skytrain et du métro. Cerise sur le gâteau : Il a une piscine, je commence à rêver, la chaleur est écrasante à Bangkok. Mais pour l’instant je pense rester dans le Siam Classic, si accueillant et vraiment pratique pour les déplacements.

9/3

Le matin, j’organise un peu mon évasion de Bangkok pour la semaine entre les séances avec le dentiste. J’opte pour la petite ville de Cha-Am, sur la baie de Bangkok, entre Petchaburi et la très sélecte Hua Hin. C’est à 4h de train. Adopté !

Maren me téléphone dans l’après-midi, elle est arrivée à Bangkok, mais se trouve coincée dans un embouteillage monstre, occasionné par une des premières pluies qui annoncent l’approche de la saison humide.

Mais tout s’arrange et nous nous rencontrons vers les 18h. On a beaucoup à se raconter sur un café et pendant le diner « en bord de route » dans un des nombreux coins plein air qui ouvrent aux heures de repas : les gens de Bangkok ne se laissent pas mourir de faim – nous non plus !

10/3

Cha-Am

Le train quitte Hualamphong à l’heure(+30min, heure asiatique) et se dirige d’abord vers le nord pour prendre le tracé sud à Nakhon Phatom, où se décident pratiquement toutes les lignes à prendre la bonne direction. Nous accumulons quelques minutes de retard en cours de route et arrivons à Cha-Am avant la nuit, tout de même.

Cha-Am est une ville, toute en longueur, suivant le bord de mer sur env. 10 km. C’est simple mais un peu monotone. Il y a une jetée au nord et une petite falaise au sud et entre les deux extrémités : la plage. L’eau a l’air assez propre et il y a de beaux rouleaux qui rendent la baignade plus intéressante.

c'est très animé

Cha-Am est la station balnéaire populaire par excellence de Bangkok, tandis que Hua Hin, à une quarantaine de km au sud, est devenue, avec l’arrivée de la famille royale, l’endroit où se retrouve le « Tout-Bangkok ». Moi, je n’ai pas les moyens et, de toute façon, serais mal vu avec mon T-shirt rouge…

Même à Cha-Am, pendant le week-end, on sent la facture passer : mon hôtel passe de 600Baht/nuit en semaine à 1000Baht le weekend. Les restaurants sont chers et il me reste guère que les vendeurs de rue pour du riz ou des nouilles frits.

On voit peu de touristes étrangers et l’ambiance est résolument Thai, et ça va jusqu’aux cartes des restaurants, entièrement en Thai : pour commander un plat, je dois sortir ma méthode éprouvé, pointer du doigt et sourire, elle fonctionne toujours !

12/3

C’est samedi et une caravane d’autobus « Karaoke » amène une foule de jeunes, l’ambiance est résolument axée plaisir, pour un court week-end au moins…

Et des plaisirs, il y en a.

Les hôteliers affichent plein.

Le haut de la plage est transformé en restaurant de plein air (10 km X 10 m, ça en fait des bouches à nourrir). Sur des km on a une table/6 transats – à perte de vue.

Promenades à cheval.

Ski doo (scooter de mer).

Et les « banana boats », ils ont un succès fou.

voila la banane qui passe...

Les moins fortunés doivent se contenter de chambres à air de camion, c’est « fun » tout de même.

Demain soir, tout le monde devra rentrer travailler. Moi aussi, non pas pour travailler, mais pour la pose de ma couronne. Brr !

13/3

Retour à Bangkok

Je prends mon train de retour vers 14h30. Les rails ne sont pas doublés et nous attendons souvent les trains allant vers le sud. Sinon, cela ne se passe pas &trop mal et nous arrivons bien à Hualamphong, enfin.

Ma chambre au Siam Classic m’attend et je me couche vite fait après un petit repas chez le chinois dans le coin, sur Rama IV.

La pose de la couronne était longe, ici, les dentistes pinaillent pas mal du côté ajustage. Enfin, ça yest!

Je profite de la proximité du MBK pour prendre un petit lunch suivi de mangues avec riz gluant et lait de cocos (vous dévinez, c’est ça qui m’a fait endurer la torture…).

Demain, je prendrai le bus pour Trat et Koh Chang et saurai enfin tout sur la disparation du « Paradise Guest house ».

Publicités

A propos peomeyer

en retraite, voyageur invétéré, intérêt spécial: Asie du sud-est
Cet article a été publié dans Bali. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s