thailande du nord et Vientiane

27/2

Vers Loei par Phrae

Je dois continuer mon voyage dans le nord de la Thailande et la ville suivante est Loei dans la province du même nord. Loei est accessible ou par de toutes petites routes de montagne dans le nord, ou par des routes plus carossables par le côté sud. Je m’apprètais donc de descendre tout mon chemin vers le sude à Phitsanulok, puis direction est à Lom Sak et remonter direction nord.

La dame du guesthouse prétendait que ce n’était pas néceessaire et que l’on a des bus pour Loei déjà à Phrae.

En conséquence, je prends donc le petit bus jusqu’à Phrae. Là, j’ai effectivement une liaison pour Loei. Ce bus arrive avec près d’une heure de retard et nous partons … vers Den Chai, puis Uttaradit, puis…Phitsanulok. C’est ce que je pensais initialement. La lecture d’une carte routière n’est pas inutile, des fois. La seule différence est que l’on change de bus à Phrae au lieu de Phitsanulok. Je dois recalculer mon heure d’arrivé en fonction des km ajoutés à l’itinéraire. Notre route contourne toute la grosse montagne du nord. Ensuite, nous partons vers Lom Sak par la route 12.

Non loin de de cette ville, de vilains bruits atteignent nos oreilles : un roulement de transmission a dû céder. Nous entrons dans Lom Sak au pas et attendons plusieurs heures le dépannage sur un parking de station service. Heureusement, il y a un magasin de la chaine 7-eleven, où l’on trouve tout pour subsister.

Le roulement changé, nous atteignons Loei vers 3h du matin.

Vu l’heure, je ne croyais pas trop trouver une chambre, mais tout se termine bien et je me laisse tomber dans le lit au King Hotel.

28/2

Loei.

Réveil lent vers 9h. Je me rends compte que ma chambre est très coquette : lit douillet, TV, air climatisé, bouilloire et tasses, Nescafé et liaison internet par radio, Wi-Fi, comme on doit dire maintenant en bon français.

La salle de bain est correctement équipée (les appareils sont montés de façon un peu « bricolée », comme si souvent en Thailande). Même l’eau chaude sort de ma douche.

Après un bon petit déjeuner « américain » (infarctus sur une assiette, librement traduit), je m’en vais explorer la ville. Elle a beau être située en montagne, il commence à faire tout aussi chaud qu’à Phrae vers les 11h. Une chose me frappe : les villes du nord de la Thailande sont beaucoup plus nettes et propres que celles du sud. Autre mentalité ?

On arrête tout et prévoit continuer l’exploration de la ville après 16h.

Vers 19h la température redevient franchement agréable. Le matin, lors de ma promenade, j’ai vu sur une rue des stands fermés qui ressemblent fort à un marché de nuit. Effectivement, le soir, le marché est en pleine activité. Je vais pouvoir manger autre chose que l’éternelle soupe de nouilles. Sur ce marché, tout les stands ont des choses fort appétissantes : je me décide pour du porc mijoté avec la couenne, un peu comme le préparent les chinois, sur du riz. C’est succulent, mais, après le repas maigre de midi, j’ai encore une petite faim. Je vois quelque part que l’on prépare des raviolis en pâte de riz (transparent et un peu gluant). Ça, c’est d’un goût extraordinaire, chaque petite poche a une farce différente et ça varie du sucré au salé : super.

Sur le chemin du retour, je m’offre encore une portion de mangue jaune+ riz gluant + sauce cocos. Je m’endors bien rassasié.

1/3

Chiang Khan ou pourquoi simple lorsque l’on peut faire compliqué

Je me laisse le temps ce matin. Chiang Khan n’est que 45km au nord de Loei, au bord du Mae Kong (nom du mekong en thai). C’était compter sans mes mauvaises performances en prononciation thai et un certain empressement de la guichetière à la gare des bus. Je me trouve embarqué sur un bus pour le sud. Je m ‘en rends compte en regardant les ombres des arbres : on roule bien direction sud. Je « sonne l’alarme » et on se concerte avec le conducteur. Résultat : changement de bus en cours de route et je roule désormais dans la bonne direction : vers le nord. Le reste du voyage se termine à bord d’un saewngthaw (camionette à plateforme, aménagée pour le transport des gens), les cheveux au vent. Enfin Chiang Khan !

Un triporteur m’achemine vers mon guest house, pas sans mal. Le conducteur, ne connaissant pas le mien, s’arrête plusieurs fois devant d’autres et continue sur mon refus de descendre jusqu’au bon, le Tao Kae Lao.

C’est une petite maison, toute en bois. J’ai une belle chambre intime avec vue et terrasse sur le grand fleuve. Toilettes et salle de bains sont en commun. Tout est bien propre. J’ai même une clim et la Wi-Fi.

Malgré la chaleur opprimante, je me mets en quête d’un restaurant. Je dois me contenter de riz frit et de l’eau comme boisson.

Un peu plus tard, je me mets sur ma terrasse et contemple le mékong.

le mekong à Chiang Khan

je fais quelques recherches sur internet et je dois corriger mes idées sur l’obtention d’une extension de visa. Le règles se sont considérablement durcis ces dernières années. Il est impossible d’obtenir une extension de plus de 15 jours par les bureaux d’immigration (dans chaque chef-lieu). Et il m’en faut jusqu’à la fin du mois. La pénalité pour dépassement frôle les 300Bht/jour : trop pour être une solution économique bien que risquée…

L’immigration par voie terrestre permet d’obtenir une exemption de visa de 15 jours, par voie aérienne, c’est 30 jours.

Il est clair que je dois m’expatrier au Laos pour où obtenir un visa (gratuit) de 30 jours ou, en repartant vers Bangkok en avion, une perme de 30 jours également.

Maintenant, je me méfie des informations caduques ou fausses par internet, je décide de partir tôt le lendemain matin pour Vientiane au Laos, yobtenir un visa normal de 30 jours et prendre l’avion pour Bangkok où la roulette ou autre instrument de torture du dentiste m’attent dès mon arrivée.

2/3

Vientiane ou on continue à tricoter…

Mon voyage à Vientiane est certainement mon record en ce qui concerne les moyens de transport :

-aller en samlaw au terminal de bus de Chiang Khan

-prendre le bus pour Loei

-à Loei, Prendre un bus pour Udon Thani.

-ici changer de bus et monter dans celui pour Nong Khai (on y est presque)

-a Nong Khai, prendre un samlaw jusqu’au pont sur le Mékong, frontière entre Thailande et Laos.

Après avoir accompli les formalités de sortie de la Thailande et d’entrée au Laos

-continuer vers le point d’embarquement sur les minibus spéciaux qui traversent le pont de « l’amitié »

-prendre un sawgnthaw, gracieusement offert par une dame sympathique, pour le centre ville de Vientiane.

Enfin arrivé à destination, je trouve un hôtel pas trop cher et potable : le Khoun Kham, au nord du monument Patuxai.

Là-dessus, il est 18h. Ça fait une journée bien remplie…

Je mange français, plutôt franco-italien, ce soir : une pizza à « l’estaminet » à côté de l’hôtel. J’en avais une petite envie.

3/3

Je me lève tôt et me rends à pied aux services consulaires du royaume de Thailande. Il y a déjà une queue considérable à l’entrée et je me laisse tenter par les services, un peu chers, d’un agent de voyage. Ces gens ont des passe-droit dans tous les consulats – c’est pareil à Paris. J’aurais le visa convoité demain vers midi.

Ma balade dans Vientiane me montre que la ville a retrouvé son allant ces dernières années. A vrai dire, le résultat des aides internationales est plutôt convainquant et plus agréable que celui de Phnom Penh : très, très « m’as-tu vu ». Surtout : les trous dangereux dans les trottoirs, menant directement dans les égouts, on disparus et on peut se promener « tête-en-l’air ». Mais ce n’est, bien sûr, qu’un petit détail révélateur dans les changements survenus.

4/3

je passe ma matinée à revoir un peu mes affaires. Tiens, j’ai dû oublier ma serviette de bain quelque part, mais où ? Il me faudrait également un autre T-shirt, la rotation sur seulement deux est un peu juste : celui en rouge vif n’est peut-être pas du meilleur choix en Thailande, très portée sur les codes de couleur ces derniers temps. Pas de rouge, anti-monarchiste, ni jaune, royaliste, ni rose que je n’aime pas de toutes façons, évoquant la maladie. On verra.

Entretemps, il est midi et mon agent « en visa » ne devrait plus tarder. Le voilà, avec un visa tout neuf de trois mois (plus qu’il m’en faut). Ce maudit visa, principale cause de mon changement de rive de mékong, est affaire du passé. Je peux maintenant explorer la ville et constater les changements.

Je vais d’abord du côté du Patouxai, monument rapellant un peu l’arc de triomphe. Là, je vais pouvoir prendre le « nord », pour ne pas dire « m’orienter »

le Patouxai

Je me rends compte que mon hôtel serait tout près de l’ancien marché, disparu au profit de quelques constructions modernes. Ce marché était de toutes façons assez insalubre. Donc, de l’hôtel aux vieux centre ville, ce n’est pas loin, seulement, y aller est un peu compliqué à cause du mélange d’anciennes et de nouvelles rues-une boussole serait bienvenue…

Nam phou, la belle fontaine est toujours à sa place, ainsi que le très chic café Noma où je déguste un délicieux thé vert du plateau Bollaven.

Mais je veux voir ce qu’ils ont fait des rives du fleuve où se trouvait un énorme chantier l’année dernière. Je déouvre un parc généreux qui sera sans doute très agréable une fois que les arbres auront poussés. Les grandes esplanades sont déjà la propriété des gosses qui on trouvés ici un terrain de foot rêvé.

sous la surveillance du général...

La somptueuse promenade est le paradis des joggeurs. J’y prends une photo du coucher de soleil (encore une)

le Mekong à Vientiane

avant de rentrer à l’hôtel – pas sans mal, le système de routes me déroute…

5/3

Déjà pendant la nuit j’avais un peu mal au ventre. J’aurais dû résister à la glace au lait de coco. Mais je me soigne et le soir ça va déjà beaucoup mieux.

Publicités

A propos peomeyer

en retraite, voyageur invétéré, intérêt spécial: Asie du sud-est
Cet article a été publié dans laos, Thailand. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s