De Bangkok à Nan

15/2

Après un vol sans histoires avec Air Asia (A320/200) sans histoires j’arrive à Bangkok. Ma chambre au Riverview m’attend et la journée est déjà fini.

16/2

Je vais à Banglamphu, le quartier des « backpackers » d’autrefois pour le petit déjeuner, changer les dollars qui me restent de la Birmanie et poster les cartes postale que j’oublie depuis Bagan. Ça y est c’est parti, des cartes de Birmanie avec des timbres Thai…

Bangkok est devenu beaucoup plus chaude par rapport à il y a un mois et vers 11h je n’en pouvais plus et prends le bateau pour rentrer à chinatown. En passant, j’ai encore l’énergie pour un plat de canard sur du riz au « Golden Duck » et la partie « active » de la journée est terminée.

17/2

Ce matin, j’ai rendez-vous avec le dentiste qui va enlever les deux couronnes suspectées de couvrir des infections. Une fois les dents à nues, il s’avère qu’une  d’elles a besoin d’un traitement interne de la racine et que l’autre est fissurée et pas récupérable. Cette dernière doit être extraite plus tard. Je me demande comment la dentiste en France a pu ne pas voir les foyers d’infection sur la radio ?

Nous avons établi un plan des opérations qui doivent être planifiées de sorte que mes voyages ne soient pas trop perturbés.

18/2

Le traitement de la racine qui peut encore porter une couronne c’est fait ce matin : c’était interminable, le Dr. Narisorn étant très méticuleux et qu’une molaire a trois, voire quatre racines qui doivent être nettoyées et scellées. Enfin, je suis libre et peux même prendre une repas tardif au restaurant du centre MBK avant de rentrer me remettre de la torture.

19/2

Aujourd’hui, on me voit très tôt sur les plateformes de la gare de Hualamphong. Je vais à Phitsanulok, une ville au centre de la Thailande, à mi-chemin entre Bangkok et Chiang Mai.

Là, je dois prendre un bus pour la petite ville de Lankra Bu où mes amis Lay et Michel m’attendent- leur village se trouve par là, en plein milieu des champs de sucre et des rizières.

Ils ont changé de maison et préparent un terrain d’à côté pour recevoir les plants de canne à sucre et des citronniers (citrons verts, « lemons », très aromatiques). On fait le tour du propriétaire, accompagnés de trois des quatre chiens : Coca, Cola et le petit Rambo II ; il y a aussi une quatrième chienne, Nancy. Elle est un peu sauvage et on la voit guère.

Les lemons vont très bien et promettent une bonne récolte, juste pendant la période où il y a peu sur les marchés alors ils rapportent gros. Lay compte bien agrandir cette activité. Côté sucre, Lay et Michel veulent récupérer les terres, actuellement en fermage, agrandir et exploiter eux-mêmes. Ici, le sucre rapporte gros également. Je me demande pourquoi, en France, on dit que ce n’est pas rentable ???

On inspecte tout cela et bavarde agréablement tout en observant les camions de terre déblayée passer.

22/2

Le bus de retour à Phitsanulok se fait un peu attendre, mais me trahit pas. Arrivé au terminal de Phitsanulok, j’ai du mal à me faire comprendre. Il est vrai que le nom de ma prochaine ville de destination est difficile à prononcer : Phrae. Le « ph » est prononcé « p », le « r » ne se prononce pas, ou alors comme un « l » et l’ »ae » sonne comme le mois de mai. Rassurez-vous, je suis arrivé à bon port après 6 heures de route. Direction nord comme pour Chiang Mai, par Uttaradit et Den Chaï. A partir d’Uttaradit, la route commence à grimper assez sec et on quitte la vaste plaine rizière.

Avec la hauteur, le climat change et on voit des flamboyants en cascade de feu et des frangipaniers couverts de fleur blanches et odorantes – une vue impressionnante.

Au moment de me remettre en mémoire le nom de mon hôtel en préférence, je m’aperçois que mon guide est resté chez Michel. Vu qu’il est pratiquement impossible de se procurer un guide en anglais hormis à Bangkok et Chiang Mai, peut être aussi à Phuket ou Pattaya, pour finir avec les plus mal famées, je dois continuer sans… Je pourrais en trouver lors de ma visite rapide à Bangkok le 7 mars, mais pour acheter de nouveau un guide de 2008 dont les renseignements datent de 5 ans, je me tâte un peu…

Je trouve tout de même une chambre convenable dans un hôtel près de la porte de l’ancienne ville. Une fois installé et douché, il est 4h et je vais découvrir un peu la ville. La ville moderne, extramuros, n’est pas d’un très grand intérêt. Mais je passe un restaurant au grand air où on peut faire son barbecue soi-même sur un brasero posé sur la table. Les ingrédients sont arrangés, façon buffet, sur de grandes tables à côté. Le choix est énorme et la qualité extra. Ceci explique le prix relativement élevé de 120 Bth par personne (3€, d’habitude on ne paye pas plus de 30Bht sur un stand de rue). Les sucs de cuisson s’écoulent dans une rigole en ceinture qui contient de l’eau, cela donne un bouillon bien chargé à la fin. Il y a divers légumes et des nouilles pour corser l’affaire encore plus : délicieux.

Je sors de table fort satisfait et me trompe de chemin…Mes interrogations des passants me dirigent toutes vers un hôtel de nom de Nakhon Phrae Towers. Ce n’est pas le bon ! Le mien s’appelle Nakhon Phrae Hotel et personne ne semble le connaître… Un chauffeur de taxi, connaissant le piège du nom, me sort de l’affaire pour quelques Bht. Ouf ! Mais j’ai senti mes jambes…

23/2

Ce matin, à la fraîche, je vais explorer la vieille ville.

Hélas, je ne trouve plus les douves, comblées depuis longtemps, sûrement.

Le reste est très agréable : beaucoup de vieilles maisons en bois. Quelques temples en style Lanna.

un temple style Lannah

Je tombe par hasard sur une dame Thai de Ramsgate, Kent, qui a décidé de revenir dans sa ville natale ; l’hiver rigoureux d’Angleterre l’a certainement poussée un peu…Pour moi, elle est une source inespérée de renseignements sur la ville. Elle me conseille d’aller visiter la maison Bonburi, la demeure du dernier « roi » de la région. C’est une belle maison, très aérée, en brique-stuc et bois sculpté en applique.

Bonburi House

Je me dépêche de rentrer, non sans boire encore un coup chez la dame du Kent : il commence à faire bien chaud.

Le soir venu, je me délecte sur le marché du soir (night market) dans la vieille ville. Dans des endroits comme ça, les mets les plus simples, préparés devant le client, ont un goût exquis.

24/2

Une vieille guimbarde de bus m’amène vers la ville de Nan, à la frontière du Laos. Elle est nichée dans la vallée du fleuve de même nom. Le site est comme dans un écrin de montagnes : des balades d’une variété incroyable. De belles chutes d’eau partout. C’est tout simplement merveilleux.

J’ai une chance énorme avec mon guesthouse dont je me rappelais vaguement le nom (je n’ai plus mon guide…). C’est tout simplement le meilleur que j’ai jamais habité : les propriétaires aimables, des chambres très propres et des équipements qui fonctionnent. En plus, j’ai une chambre bien fraîche de nuit. Le « Nan Guesthouse est vraiment une trouvaille.

Un seul bémol : Nan se couche tôt et le marché de nuit n’a plus de stands-restaurants d’ouvert après 19h. Il faut donc y penser et diner tôt, sinon ce sont les bricoles du 7-eleven qui doivent dépanner.

25/2

Au petit déjeuner, j’apprends que ma chambre sera encore libre demain, samedi. Je reste avec joie une journée de plus.

Près du Nan GH se trouvent le musée du département et un ensemble de temples intéressants.

temple porté par des éléphants

petit vihan

vieille stupa, toute petite

Les murs intérieurs d’un des temples étaient autrefois richement couverts de peintures qui ne sont pas très bien conservés.

peinture murale

Au musée, on a un très bon exposé du passé Lanna (plutôt Lan Nah) et de très belles sculptures bois et pierre. La prise de photos était interdite, mais voici une photo « volée » d’un bouddha très humain :

Bouddha

Il fait très chaud, mais véritablement très chaud sur midi et je rentre vite fait en rasant les murs pour glaner un peu d’ombre. Vu que l’air est très sec en plus, je bois des quantités d’eau incroyables.

26/2

Ce matin j’ai trainé un peu trop et il faisait déjà trop chaud pour une balade un peu plus étendue. Tant pis, ça sera pour la soirée quand la température sera plus agréable !

Publicités

A propos peomeyer

en retraite, voyageur invétéré, intérêt spécial: Asie du sud-est
Cet article a été publié dans Thailand. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s