Le Pays Shan

23/1

Pyin-U-Lwin

Après un sommeil réparateur – le pont d’U-Bein est long et la balade, plaisante, sur Ava, m’a tout de même fatigué. Il faut bien faire avec l’age que l’on a… –  je prends un taxi partagé pour Pyin-U-Lwin. La route vers les montagnes Shan est agréable et, ma foi, en pas si mauvais état. Intéressant : elle est a 4 voies, mais séparées. C’est à dire que les deux moitiés utilisent par moments deux flancs de montagne différents. Ça grimpe pas mal et la température baisse en conséquence. Quand je descends au « Grace Hotel » je suis obligé de mettre une petite laine. Le staff de l’hôtel est très aimable et me renseigne gentiment sur ce que je pourrais visiter demain.

Pyin-U-Lwin était du temps des « British » la résidence de montagne qui permettait de fuir un peu la chaleur des grandes plaines. Il en restent quelques traces sous forme d’hôtels de style Cannes ou Nice. Il y a une université militaire ici, il ne faut donc pas photographier n’importe quoi sous peine d’ennuis certains. Il y a quelques pagodes et des cascades à visiter. Demain je vais louer une moto pour vadrouiller librement.  Mais qu’il ne fait pas chaud ! Jestime la température à un petit 10 C°, le tout sous un soleil brillant.

24/1

Je pars de pas trop bonne heure vers les cascades Anisakan  qui se trouvent quelques km à l’ouest de la ville, c’est à dire bien plus bas sur la route de Mandalay. Il y a un panneau que l’on peut pas louper. Un petit bout de route à droite et on arrive au point où il faut abandonner la moto.

Les premiers cent mètres me prouvent que cela ne va pas être de la tarte : c’est très en pente et rocailleux. La guide m’annonce ¾ d’heure de descente – je n’ai qu’a doubler ce temps et prévoir 2 à 3 heures pour la remonté. Si, toutefois le bonhomme arrive encore à grimper…

Trois  gentilles demoiselles m’accompagnent et m’aident beaucoup dans les passages difficiles. Même le massage des guibolles fait partie de leurs attentions.

mes guides

Le chutes sont d’une très grande beauté et d’une hauteur impressionnante. Ça  vaut largement l’effort de la descente.

la cascade d'Anisakan

le bassin de réception

Je me repose un bon moment, une fois arrivé en bas. On est tout seuls  au début, mais peu après notre arrivée, d’autres aventuriers arrivent : un groupe d’européens et deux familles (nombreuses) de Birmans. Ces derniers commencent de faire la cuisine toute de suite. Ils sont tous de nature rieuse et, ce sont des Shans, ont le visage rond que l’on retrouve aussi en Chine du sud. On me fait goûter le vin de fraises – Piyn-U-Lwin est fameuse pour sa production de fruits de tout genre – il n’est pas mauvais et très peu sucré, plutôt sec.

Il est temps de penser à la montée  que je redoute ayant fait la descente.

Pour tout dire, j’ai réussi tout juste et avec maintes arrêts pour retrouver mon souffle. C’était la dernière fois que je fais une telle excursion, ce n’est plus de mon âge.

Deux filles de l’hôtel qui sont venues en bicyclette ont du renoncer au tronçon de route qui ramène d’Anisakan vers Pyin-U-Lwin. Je leur ai trouvé un transport, filles et vélos.

Arrivé à bon port enfin, je me nourris d’un plat de nouilles Shan et fais une longue sieste.

Le reste de l’après-midi, je me promène un peu dans la vill – avec ma motocyclette bien sûr, pas un pas de plus aujourd’hui.

25/1

Hsi Paw

Je prends le train pour monter un peu plus dans le pays Shan. C’est plutôt un tortillard qui nous berce de façon inquiétante.

Le plateau Shan est coupé par une très profonde gorge (Pommier, on se retient!) ; Les anglais qui voulaient arriver vite fait un peu partout – ils ont le sens pratique- ont érigé un monstre de viaduc qui, pendant longtemps, était le deuxième pont de chemin de fer le plus haut et le plus long. Il a aujourd’hui un peu plus que 100 ans et se porte plutôt bien, malgré le manque d’entretien. Il est vrai que notre train le traverse au pas. C’est absolument grandiose.

Il est près de 15h lorsque notre petit train entre enfin dans la gare de Hsi Paw.

L’hôtel de Mandalay m’a réservé une chambre chez « Mr. Charles » et je suis très bien tombé ! Tout le monde est aimable et je me sens tout de suite comme chez moi.  Hsi Paw étant à plus faible altitude, il fait très bon – tant mieux.

J’ai encore le temps de faire une petite promenade en ville avant de dîner. Tout est encore authentique. Un seul bémol : Ils sont en train de construire un nouveau pont sur la route de Mandalay-Lashio et tout le trafic des poids lourds passe par le centre ville. C’est temporaire. Depuis le café de la maison noire (une vieille maison en teck sur la rivière) on a une vue magnifique sur la rivière et les montagnes environnantes.

vue sur les montagnes depuis la "Black House"

Je me couche tôt, n’ayant pas encore tout à fait récupéré depuis mon escapade d’Anisakan. Je passe une très bonne nuit et sans les crampes que je redoutais…

25/1

Avec ma moto louée, je mets le cap sur les « hot springs » de la région. L’eau chaude d’une source est captée de la façon la plus simple dans deux petits bassins – presque en pleine nature.

Messieurs et dames dans deux bassins séparés

Au retour je m’arrête à deux temples intéressants. Un, de forme moderne

Un autre, très bien placé en surplombant la route, est très imposant.

De retour à Hsi Paw, je profite en chemin pour l’hôtel pour déjeuner chez « Mr. Food ». Cuisine simple, plutôt chinoise, et de goût agréable.

Sieste ! L’eau chaude ça fatigue.

Vers 16h, je me mets en quête du temple du bouddha en bambou (laqué) et des stupas qui l’entourent. Je me suis trompé de chemin plusieurs fois, mais finalement arrivé à bon port. Le champ de stupas, appelé « petit Bagan », un peu à la légère, est généralement en très mauvais état. Les briques s’effondrent et le stock est ébréché. Mais l’allure générale n’est pas sans charme :

Little Bagan

monastère

Je n’ai pas pu photographier le bouddha en bambou, car il y avait des moines en méditation. J’ai trouvé un autre d’allure presque juvenile dans un écrin voisin :

Bouddha

C’est le coucher de soleil et je rentre.

27/1

Aujourd’hui, je vais juste me promener un peu dans le village. Il y a un très grand marché. Les fruits et légumes vendus ressemblent pas mal à nos marchés. Le climat est proche du nôtre.

Demain, je vais prendre le bus pour le retour dans les plaines chaudes et Mandalay.

A propos peomeyer

en retraite, voyageur invétéré, intérêt spécial: Asie du sud-est
Cet article a été publié dans Myanmar, nature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s