Git Git et Gunung Batur

21/12

Bedugul et git-git

Je me suis donné un peu de temps ce matin – on dort tellement bien ici. Seulement les coqs, les moutons et les cochons font un peu de bruit au réveil…

Un petit déjeuner copieux et nous partons.

Aller à Bedugul, c ‘est tout une affaire : d’abord on va en moto au village, puis on monte dans le 4X4 de Candi, un ami de Cadé. La route grimpe ici et surplombe le lac Tamblingan, puis son voisin, le lac Buyan, on passe entre celui-là et le lac Bratan pour arriver à Bedugul.

Ici, on achète quelques fruits au marché et dépose le linge sale et on a le temps pour visiter le jardin botanique.

On y trouve surtout une belle collection de cactus.

un pour Skal

un très imposant

Malheureusement, ce n’est pas le moment propice pour voir la grande collection d’orchidées. C’est leur période de repos et la serre est bien verdoyante mais sans fleurs. Je n’ai vu que quelques orchidées « en liberté » au bord d’un ruisseau.

orchidée sauvage

Le jardin possède aussi de beaux spécimen de fougères et une bambouseraie étendue.

fougère géante

Faut dire que la forêt vierge est pleine de toute sorte de fougères.

Il est temps d’aller manger la spécialité du lac : du poisson grillé dans une épaisse « gange » d’herbes pimentées. On l’accompagne de riz local – très bio – Tout cela est vraiment goûteux en toute simplicité.

C’est l’après-midi et on a encore les cascades de Git-Git à visiter. Leur hauteur n’est peut-être pas énorme, mais les fortes pluies des derniers jours y ont ajouté un volume impressionnant et bouillonnant.

cascade de Git Git

22 /12

Gunung Batur

Atteindre Gunung Batur et sa double caldera depuis Munduk n’est pas évident. Pourtant le  grand Batur n’est pas loin du tout. Il manque seulement cruellement de routes transversales au centre de Bali, une conséquence de cette région de volcans imposants.

Nous descendons d’abord direction nord vers Singaraja, sur la côte, en passant par les sources thermales sacrées de Banjar pour remonter aussitôt direction sud vers Kintamani. A partir d’ici, on a théoriquement de belles vues sur ce volcan, pas très apaisé, certes, mais les nuages bas nous cachent tout.

Notre destination est Toya Bungkah, sur le bord du lac Batur. Ici, Cadé veux déposer quelques offrandes de fleurs au très renommé temple à côté des non moins réputés sources thermales de Toya Devasya. C’était très drôle de se baigner dans l’eau chaude tout  en prenant une douche de pluie soutenue sur la tête ; que cela ne tienne !

bain

bain sous la pluie

La vue sur le batur n’est toujours pas dégagée, tant pis pour le photographe…

le Batur se cache

Pour le retour, nous passons par le sud, par Bangli, Gianyar, Ubud. Cadé profite pour dire bonjour à sa mère à Gianyar.

A partir d’ici on recommence l’ascension des montagnes vers le nord, ayant contournés les pentes abruptes des volcans du_ centre.

Il était déjà neuf heures lorsque nous rentrons à la  « maison ». Grosse fatigue, les routes sont d’étroites montagnes russes.

23/12

Un jour à presque rien faire.

Aujourd’hui, j’ai besoin d’une petite pause. On va prévoir, juste, une visite à Bedugul avec quelques petites tâches à mener : Laverie, Internet, market et acheter de l’Ikan laut pour ce soir.

Déjà, assez tôt le matin, tout laisse prévoir un temps excellent et ce n’est pas trop tôt !

La journée s’est déroulé presque comme prévue. Sauf, vers 10h arrive Adi qui veut m’accompagner voir son « boss », apparemment très riche et qui se lance dans le tourisme pour étrangers aisés : resort de montagne avec une belle vue sur les volcans au-dessus de Munduk et sur la mer.

Munduk dans la valée

la côte du nord

A 14h j’étais de retour et le programme initial pouvait commencer. Un petit décalage tout à fait normal sur Bali.

Je profite, en chemin, pour prendre des photos du lac.

Danau Tamblingan

Cade et Candi

Laverie : jour de fermeture – je me fais des soucis pour mon T-shirt qui est chez eux.

Marché : Cadé à acheté du fruits de Jacquier et des fruits de la passion (Maracuja). Ils sont énormes, grosseur d’une clémentine, jaunes et d’un goût exquis.

Au retour, nous nous arrêtions prendre livraison de nos poissons grillés et de quelques brochettes de viande de chèvre hachée.

Rentrés, on s ‘est offert un petit festin avec tout cela.

Demain sera un autre jour…

24/12

inscrites sur nos tablettes, c’est la baignade aux sources chaudes de Banar, près de Singaraja.

La journée s’annonce encore plus belle qu’hier et à 10h, ça chauffe sec, même dans les hauteurs.

La végétation a attendue ce moment et la verdure dense des coteaux s’est couverte de fleurs de couleurs éclatantes. C’est presque du mauvais goût…

Les pics volcaniques ont mis de côté leur bonnet de nuages et se montrent dans toute leur splendeur.

Nous nous arrêtons en cours de route prendre la mère de Candi, notre conducteur, qui doit se rendre chez le médecin à Singaraja.

Ensuite, on l’amène avec nous aux thermes. Cadé et la mère se baignent toutes vêtues – c’est très courant sur Bali. L’eau chaude est très relaxante et je suis assez flagada en sortant du bain. Malheureusement, j’ai lassé l’appareil de photo avec les autres affaires sous clé au vestiaire ; donc pas de photos cette fois ci (il y en a sur le blog de l’année dernière, c.f. Lovina).

Au retour, première halte au marché de Seririt pour prendre un petit lunch (saté, soto ayam=soupe de poulet).

La Halte suivante : achat de durians et de fruit de Jacquier – c’est une affaire qui prend du temps, on est très critique sur la qualité du durian ici.

Un peu plus tard, nous déposons la maman de Candi chez elle : café, petits gâteaux et test du durian acheté : il est bon, un peu du côté sec déjà. On va voir ce que donne celui d’avant hier.

Les trois copines (75 ans) habitent ensemble. Ici une photo avec Cadé :

sur le véranda

Un des gamins nous a apporté un fruit de Jacquier, très beau

Jacquier

Nous faisons nos adieux et rentrons par cette route qui ne cesse de tourner et grimper. Sur la crête surplombant le la, il fait déjà moins chaud : agréable.

Un petit repos allongé et je suis prêt à affronterla soirée. On va descendre à Bedugul et manger une dernière fois (pour le moment) de ce bon poisson du lac grillé lentement : un vrai repas de noël !

25/12

Vers Ubud

C’est le matin du départ. Ce matin de soleil et de gouttes d’émeraudes ne facilite pas les choses…

Un dernier petit déjeuner copieux et les derniers « règlements de compte », il faut bien que le touriste paie, et nous quittons cette belle région du centre.

On dit qu’Ubud le « centre spirituel » de Bali, mais son vrai centre est très probablement ce monde de lacs et de volcans majestueux.

Inoubliable !

 

 

A propos peomeyer

en retraite, voyageur invétéré, intérêt spécial: Asie du sud-est
Cet article a été publié dans Bali, nature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s